Blabla, Running

Une sortie running aux bords du Gave de Pau

février 8, 2016
Running aux Bords du Gave de Pau_Complètement-Fraisy

Exit le côté technique des entrainements, aujourd’hui je vous emmène au coeur de mes sorties running aux bords du Gave.

Je vous parle souvent de ma passion pour le running, du contenu technique de mes entrainements, je confie mes états d’humeur après une séance de fractionné (très rarement positif pour le coup). Il n’y a en fait qu’un aspect dont je ne vous parle jamais c’est comment je vis ces fameuses sorties running. Parfois une lutte contre moi même, je ne suis pas dedans, je ne profite pas, pire même, je subis. Et à d’autres moments je suis à 100% et j’ai même le temps d’admirer le paysage. Ça vous dit d’en voir un bout avec moi ? Allez on y va !

Je sors de chez moi, environ 1km à faire avant d’arriver sur les bord du Gave. Je marche un peu histoire de dégourdir mes jambes et de capter le signal GPS de mon cardio. Des fois le signal est capricieux, ca m’énerve, je marche plus du coup…Ca y est je peux enfin commencer à courir, sur le trottoir, au milieu des voitures et des pots d’échappement, je n’aime pas trop ca mais en même temps je n’ai pas le choix je vis en plein centre ville.

J’arrive au Pont d’Espagne et je commence à longer les bords du Gave. À ma droite je peux admirer le temps de quelques foulées, l’équipe de kayakistes qui s’entraînent. En été je les envie moi ça ne fait même pas 2km que je cours j’ai déjà les gouttes de transpiration qui coulent le long du dos. En hiver je les traitent de « dingos », même avec ma super tenue spéciale hiver, mes gants et mon cache cou, je me les pèle. Eux ils ont une combi, ils se prennent de l’eau glacée en pleine face et des fois tout ça dans la nuit parce que le soleil s’est déjà caché…

Je continue ma route, entre les immeubles et la verdure, un petit groupe de mamies installées sur des chaises en cercle sûrement en train de se raconter les derniers potins du voisinage. Elles je les adore, elles sont la dès que les beaux jours arrivent et tous les jours elles est réunissent à ce même endroit pour papoter. Quand je les voie j’aime à penser que plutard j’aurais encore mon groupe de copines avec qui on refairait le monde même à 80 balais.

Running aux Bords du Gave de Pau_Complètement_Fraisy

Quand j’arrive sur le pont qui rejoint l’autre rive, je fais toujours attention, le sol est fait de planche de bois, j’ai déjà failli me casser la figure un jour de temps pluvieux et même si j’ai su garder la tête haute tout en riant littéralement de moi-même, j’aime mieux ne plus prendre de risque. Je suis donc toujours prudente pendant la traversée. J’arrive dans un parc, des familles y sont pour sortir leurs mouflés au grand air. La ville de Pau a fait installer du matériel de musculation public je trouve ça bien pour ceux qui n’ont pas de quoi se payer un abonnement à la salle. L’été il y a souvent des cours de gym gratuits, à chaque fois que je passe devant, je me dis qu’il faudrait que j’essaie. Je ne le fais jamais…

Je continue ma route, il y a un chemin boisé qui longe le golf de Billère, un jour je me prendrai une balle de golf qu’un mauvais joueur m’enverra sans faire exprès dans la tête, c’est sur, j’ai toujours eu le chic pour tomber dans ce genre de situation (expérience faite une fois avec un ballon de foot et je ne compte plus les exemples avec les ballons de rugby….). Je traverse le quartier résidentiel de Billère, et je m’approche petit à petit du parc du château de Pau. Je trouve que ce passage est assez ressourçant, bien qu’assez casse gueule pour un coureur. Il vaut mieux regarder ou je mets les pieds si je ne veux pas me tordre la cheville.

Je longe les bords du châteaux et j’arrive sur le Boulevard des Pyrénées. L’endroit où la vue sur les Pyrénées est vraiment magnifique, on dirait une carte postale, je ne m’en lasserai jamais. Quand je descends les boulevards vers la gare, j’ai l’impression d’être une fusée, trop de gaz, ça fait du bien au moral de relâcher un peu. Et puis, je me dirige doucement vers le chemin du retour. Je croise des coureurs qui ont l’air de commencer leur séances. Au fond de moi je suis trop contente « et ouai mec, moi j’ai déjà fini et je vais prendre ma douche, youhouuuu » (très puéril en effet). Quand j’arrive chez moi, je suis vidée mais j’ai profité de chaque instant de ma sortie running.

Et vous, ça vous arrive d’analyser ce qui se passe autour de vous pendant vos sorties running ?

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply Fanny février 8, 2016 at 10:00

    Ça n’a pas l’air désagréable comme endroit pour courir !

    • Reply Marie La Fraise février 11, 2016 at 7:05

      Sauf quand il pleut c’est très galère mais sinon un vrai plaisir oui 🙂

  • Reply Maïlys février 8, 2016 at 6:45

    Trop chouette de « courir » avec toi !

    Moi aussi quand je croise les footeux qui courent j’ai envie de leur dire « hey les gars ! moi j’ai finiiiiii ! »

    Je cours en pleine nature, j’aime bien regarder les paysages de ma campagne, même si je les connais presque par coeur. J’aime tellement mon village !

    Je fais quand même attention aux fous du volant qui ne font pas d’écart. Je me suis déjà pris un rétro dans le coude, juste eu le temps de monter sur le talus…

    Et la douche, c’est la récompense !

    • Reply Marie La Fraise février 11, 2016 at 7:02

      Merci ma belle ! tu connais les paysages par coeur mais chaque jour est unique et réserve de belles surprises quand on y prête attention 🙂
      sympa les bagnole près de chez toi….je vais rester dans mon Sud Ouest 😉

  • Reply Sport et nutrition, je réponds aux questions d'Audrey !Completement Fraisy février 22, 2016 at 8:36

    […] course à pied, en extérieur essentiellement, comme je vous le disais dans cet article running, j’aime profiter de ce qui m’entoure, du paysage, des pots d’échappements, du […]

  • Leave a Reply