Running, Sport

C’est officiel, j’ai couru mon 1er semi-marathon !

septembre 21, 2015

Mais qu’est ce que ça fait du bien d’atteindre les objectifs qu’on s’est fixés, cette sensation du devoir accompli, moi j’adore !!

Et pourtant hier matin je ne faisais pas la maligne … Nuit agitée, stress, etc. Bref pour que vous n’en manquiez pas une miette, je vous propose de vous faire le récit détaillé de mon semi-marathon, tout le monde le fait mais chaque personne le vit différament.

6h30, réveil … Enfin réveil interne, celui ou tu sais pertinemment que tu ne te rendormiras pas. Du coup je commence à cogiter, je me sens fatiguée, quelques pensées négatives me traversent l’esprit, ça pue cette histoire !

7h30, réveil, le vrai cette fois. ChériChéri m’a gentiment préparé mon petit déjeuner alors ça me redonne de l’énergie. Il fait le con, il me dit des conneries, ça me fait rire, je ne pense plus au semi-marathon, mission accomplie !  Petit déjeuner complet, pas d’improvisation de mixture ce n’est pas le moment de jouer à Top Chef, mon ventre me dira merci quelques heures plutard. Un gros bol de granola, un soupçon de beurre de cacahuètes, un verre de jus de fruits, un thé, et le tour est joué.

8h, c’est l’heure d’enfiler ma tenue. Il fait super froid, du coup gros dilemme, licra manches longues ou manches courtes ? Short long ou court ? En même temps je ne supporte pas trop la chaleur alors est-ce que je ne regretterai pas à 10h30 de m’être trop couverte ? Au final, j’opte pour le short court, le t-shirt, les booster et j’emmène le licra au cas où.

Semi-marathon-nouste-henric-complètement-fraisy

8h20, premier aller au w.c (petite précision importante si vous avez lu mon bilan de la préparation à mi-parcours)… Je me dis « cool ce qui est fait n’est plus à faire ».

8h25, un Smecta, on n’est jamais trop certain … Et puis je veux suivre les conseils qu’on m’a donnés 🙂

8h30 départ pour le stade de l’ASPTT de Billère où a lieu l’événement.

8h45 arrivée au stade, direction les toilettes pour la deuxième fois, oui, j’ai beaucoup de stress, mon corps me le rend bien … J’espère que le Smecta va finir par agir !

8h50, je me joins aux autres pour m’échauffer. Je commence à rentrer dans l’ambiance, le stress retombe.

9h, top départ de la course, on est mélangé avec les coureurs du 10 km qui partent à toute allure, il va falloir que je résiste et que je ne me fasse pas emportée par un trop plein d’énergie. J’y arrive plutôt bien, (en vrai, je me fais maxi violence j’ai l’impression de me traîner) je sais que c’est la clé pour ne pas exploser en plein vol.

km3, les premières petites montées, je commence à rattraper certaines filles qui étaient parties comme des fusées mais qui ne tiennent pas la distance sur les côtes. Pour moi ce n’est pas une course contre les autres je continue mon chemin à la même allure.

km6, premier ravitaillement, j’ai ma gourde, je n’ai pas besoin de manger, je passe donc sans m’arrêter. J’ai mal au ventre, je me dis que ce n’est pas possible que ça arrive maintenant !

Km7, deuxième côte, je me rends compte que toutes mes séances de renforcement musculaire ont vraiment leur place dans ma progression. On arrive dans le parc du château de Pau, un groupe de 3 filles et un gars me dépassent juste avant une côte et re-belote, ils se traînent, finalement ils me gênent donc je les re dépasse.

Km9,5, je me sens à nouveau bien, niveau souffle je n’ai pas de problème, pas de douleur aux genoux pourvu que ça dure ! C’est ici que nos chemins de séparent avec les 10km, tout de suite, l’horizon est bien vide, je dois sûrement être dans les dernières, pas grave mon but est de le terminer et de le faire si possible dans le temps que je me suis fixé. Je regarde ma montre au niveau de l’heure pour la première fois, je passe les 10km à 56min (je m’auto félicite, danse de la joie dans ma tête).

Km11, on entame les choses sérieuses, une méga côté, je l’avais déjà montée (en voiture) quand j’avais un petit repérage du parcours, c’est celle que je redoutais, allez hop c’est parti ! Je passe devant deux organisateurs qui sortent au même moment « le premier ça fait déjà 30 min qu’il est passé » … MERCI !!  TU VEUX QUE J’ARRÊTE EN FAIT, C’EST ÇA ? Bref, je continue la côte, j’en dépasse deux trois au passage et c’est partie pour quelques kilomètres dans les quartiers résidentiels de Lescar. Je trouve ça génial, je me Focus sur les jolies baraques qui m’entourent, je pense à autre chose qu’à mes jambes qui montrent les premiers signes de fatigue. Une autre côte arrive, quelques personnes sont là pour nous encourager, je croise un gars qui me sort « en haut à droite il y a un raccourcit » …. GROS LOL !!

Km14, ou par là, un chien errant vient de d’égorger un chat qui gît seul devant moi avec le chien plein de sang, BON AP´ !! Je m’engage dans un sentier de forêt plein de cailloux en descente, je flippe un peu. Je n’avais pas imaginé que ce type de surface ferai parti du parcours, j’aurais pu me tordre la cheville très facilement, du coup je ralentis beaucoup, blasée. Mais après la descente vient la montée, plus facile à appréhender du coup je rattrape mon retard, ça tire un peu, beaucoup même mais je récupère assez vite.

Km15, vivement le km 16 !

Km16, les ravitaillements s’enchaînent mais je ne veux toujours pas m’arrêter et il me reste de l’eau dans ma gourde donc je continue. On commence à faire fonctionner le mental, le plus dur est fait, il ne reste plus que 5 km, le soleil est là, on m’encourage, allez gooo !

Km18, je déclare le mode MENTAL officiellement ouvert, il reste 3km, mes jambes avancent toutes seules, je sens qu’à tout moment elles peuvent lâcher, il faut que je m’accroche !

Km19, dernière côte, pas très longue mais hyper pentue, je tiens bon. Bizarrement j’ai envie de pleurer, de joie sûrement, mais je me retiens ça va me bousiller le cardio hihi. J’ai plus de jambes mais j’ai un regain d’énergie, j’ai envie de tout donner pour ces deux derniers kilomètres, j’accélère donc un peu sans risquer d’exploser avant la fin. J’en double 3 ou 4 et je ne manque pas de les encourager pour ces derniers kilomètres. En même temps, je me dis qu’avec tout ce que j’ai doublé dans les 10 derniers kilomètres je devais être quasiment dans les derniers jusque là …

Il reste 500m, je tiens bon.

Je croise belle maman 50m avant l’arrivée qui m’attend avec une pencarte (c’est mignnoooon), boostée à bloc, je termine ce premier semi marathon en faisant un petit sprint. J’entends le bip qui signifie que j’ai terminé, 2h03 d’efforts, je peux enfin lâcher prise, j’ai envie de crier : HAAAAAAAAAA

Au final, j’ai vraiment morflé au niveau des jambes, mais je ne me sens pas fatiguée au niveau du cœur. C’est très bizarre, d’ailleurs plusieurs personnes à qui je parle me disent également qu’ils me trouvent en forme. C’est plutôt encourageant pour envisager un marathon à condition que ça suive au niveau des genoux…

Bref JE SUIS SEMI-MARATHONIENNE yeahhhhhh !!

Semi-marathon-nouste-henric-complètement-fraisy

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply AmelieB septembre 21, 2015 at 11:26

    FELICITATIONS ! C’est super ce que tu as fait, la classe !!! je t’encourage pour la suite… @+

  • Reply Maïlys / La secouée du bocal septembre 21, 2015 at 5:41

    Semi-marathonienne, ça claque !
    T’as fait quoi dimanche ? Pas grand chose et toi ? J’ai couru un semi-marathon !
    ça en jette !
    En tout cas félicitations, pour moi qui ne cours pas c’est très impressionnant. Mes encouragements pour le prochain défi 😉

    • Reply Marie La Fraise septembre 21, 2015 at 5:52

      Haha ton commentaire m’a fait rire, c’est gentil!! Maintenant que j’ai placé la barre très haute je vais avoir du mal à trouver le prochain

  • Reply Hollyvia septembre 22, 2015 at 3:37

    Félicitations ! et super compte rendu, j’ai eu mal aux jambes en le lisant 😉
    Pour le prochain, y a plus qu’à mettre l’objectif en-dessous des 2h et après hop le marathon 😉 Facile ! haha
    Franchement chapeau-bas madame fraisy 😉

    • Reply Marie La Fraise septembre 22, 2015 at 3:45

      Mais oui trop easy
      Nan en vrai j’ai du boulot encore si je veux prétendre faire un marathon mais qui sait …

  • Reply Brightsideofus septembre 23, 2015 at 8:30

    Félicitations 😀 c’est génial ! Tu me donnes vraiment envie. C’est mon objectif pour l’an prochain 🙂 quel problème as-tu aux genoux si c’est pas indiscret ?

    • Reply Marie La Fraise septembre 23, 2015 at 8:36

      Je n’ai pas de problème en particulier pour l’instant (je touche du bois lol) mais au bout de 2h d’effort les articulations commençaient à rouiller, c’est un peu mon ressenti. Je pense que cest normal, il faut que jhabitue mon corps à de telles sorties pour espérer faire un marathon.

    Leave a Reply